12.12.13

Jingle bell, jingle bell préparons Noël!

Ah la lumière de ces jours de décembre... Le ciel est d'un bleu magnifique, le soleil rase les toit et fait fondre le givre matinal qui couvrait tout d'un fin manteau blanc, signe que l'hiver approche à grands pas et avec lui, Noël et ses gourmandises!

Il y a une tradition que j'ai découverte au Canada et qui ne se fait pas par chez moi: les cookies!
Dès le début du mois de décembre, on sort des tas de recettes de biscuits et autres bouchées sucrées qui feront patienter jusqu'au festin de Noël.
J'adore ça! J'aime préparer les biscuits, embaumer la maison des parfums de cuisson et surtout déguster le tout aux différents stades de refroidissement!
En plus, c'est un cadeau idéal à apporter partout! Les cadeaux maison, quand ils sont bien faits, sont toujours appréciés et, franchement, qui n'aime pas les biscuits?!

Si jamais vous lisez l'anglais, vous trouverez mille inspirations chez Jamie Oliver, Donna Hay ou dans le magazine Bon Appétit.
Mais j'ai ici deux petits livres édités chez Marabout qui vous mettrons le pied à l'étrier!

Si vous voulez respecter la tradition et pour les amoureux du gingembre:  "Pain d'épices" de Alice Hart
36 recettes de bouchées et desserts de fête autour du thème du pain d'épice. Il y a bien sûr la recette de la magnifique maison en pain d'épice mais aussi de caramels, crèmes brûlées, cakes,... Le tout donne envie de se pelotonner sous une couverture moelleuse devant un feu avec un thé parfumé et une assiette bien assortie!
Je vous donne la recette du cake au miel et au gingembre parce qu'avec ces ingrédients-là, on combat aussi les gros rhumes!

110g de beurre à température ambiante
60g de sucre
150g de miel
2 oeufs
250g de farine + 1 càs
2 càc de gingembre en poudre ou 1 càc de gingembre frais râpé
1 càs de jus de citron
Préchauffer le four à 180°C.
Fouetter le sucre, le beurre et le miel. Si le miel est trop figé, faites-le fondre à feu doux pour le liquéfier. Quand le mélange est mousseux, incorporer les oeufs tout en fouettant et ajouter la càs de farine.
Verser la farine et le gingembre et mélanger avec une spatule pour obtenir une pâte homogène. Terminer par le jus de citron.

Verser dans un moule de 18cm de diamètre,  chemisé de papier sulfurisé  et enfourner 40 à 45 minutes.
Laisser tiédir 5 minutes avant de démouler. Dès que le cake est froid, saupoudrez-le de sucre glace!

Pour ceux qui voudraient sortir de la tradition ou offrir une gourmandise plus chic, habillée pour les fêtes, il y a les "mini cupcakes Berko" de Steve Schouflikir.
L'avantage des mini-cupcakes c'est qu'on peut goûter tout un assortiment avant d'exploser!
Parce que dans ce livre il y a 30 saveurs proposées, toutes avec des noms bien chouettes: Norbert le citron vert, Eustache la pistache, Gaston la passion... et même le Dexter, pour ceux qui aiment la série, un clin d'oeil sanguinolant!

Il n'y a plus qu'à trouver de jolies assiettes, de fines tasses à thé ou de belles boîtes d'emballage pour partager vos talents de pâtissier!

2.10.13

Le général Tapioca & autres nouvelles

Me voilà coincée chez moi, à devoir me reposer. Je dois donc éviter les stations debout trop longues ce qui n'est pas évident pour cuisiner!
Toutefois, cela me donne le temps de bouquiner et de rêver à mes prochains essais culinaires!

J'ai quand même testé un ingrédient qui traîne dans mon placard depuis que j'ai lu un article sur son sujet mais n'ai jamais pris le temps d'en faire usage: le tapioca ou plus joliment, les perles du Japon.
Il a fallu que belle-maman me propose de m'en préparer pour que je me rende compte que j'avais tous les ingrédients de sa recette sous la main.

Si ces petites perles ont l'aspect de mini granules homéopathiques lorsqu'elles sont crues, elles gonflent et deviennent translucides à la cuisson. Elles donnent une texture crémeuse et ronde au plat et sont très nourrissantes.
On peut simplement les ajouter à de la soupe pour en faire un repas rapide (comme au temps de nos grands-mères) ou en faire de délicieux desserts.
Voici la recette de perles du Japon coco-ananas - pour 4 raviers:
60g de perles de tapioca
30cl d'eau
30g de sucre rapadura ou de canne complet
25cl de lait ou crème de coco
1 pincée de sel
4 rondelles d'ananas avec leur jus (non sucré)

Rincer les perles dans un tamis en les secouant légèrement puis les laisser reposer dans le tamis pendant 5 minutes.
Faire bouillir l'eau et y verser les perles. Dès qu'un premier bouillon revient, ajouter le sucre et le sel. Baisser le feu et mélanger. Laisser cuire 5 minutes.
Enfin, ajouter le lait de coco et tout en mélangeant, attendre un autre bouillon.
Couvrir et laisser refroidir une heure avant de transvaser dans des raviers et de les mettre au frigo encore 45 à 60 minutes.

Mixer l'ananas pour obtenir un coulis épais et servir sur les perles juste avant de déguster!

Si vous préparez les perles du Japon plus longtemps à l'avance, il faudra ajouter un peu plus de liquide. La texture devient un peu plus ferme avec le temps.

Comme c'est nourrissant, servez ce dessert après un repas léger ou comme collation en attendant un repas tardif.
Ca fonctionne avec d'autres laits végétaux et d'autres fruits!

Pour mes dernières lectures, celles-ci m'ont bien inspirées pour diverses raisons:

"Cuisiner à la bière" de Keda Black chez Marabout
 Bizarrement, la cuisine à la bière ne me disait pas grand chose a priori. Mais dès que j'ai lu l'introduction de ce livre, j'ai eu envie de tester les yakitori marinés à la bière blonde, les moules à la bière blanche pour changer du vin, les crêpes à la bière ambrée roulées aux champignons ou même la tarte au sucre et à la bière...
J'ai même décidé d'en faire un thème pour un des cours de février 2014! (Stay tuned...!)

"Le camion à tartes et à soupes, salades, muffins, smoothies..." de Catherine Kluger chez Marabout.
 Ici, c'est plus le concept du camion qui m'a vraiment tentée avant tout! Je n'aime pas trop la découpe du livre en forme de camion (les dimensions de ce livre vont le rendre difficile à intégrer dans ma bibliothèque!) mais les recettes et les photos sont appétissantes et me donnent envie de m'installer derrière ce comptoir ambulant!

"Simple et beau - recettes de chef en boco" de V. et S. Ferniot chez Hachette cuisine
Ces "boco" sont vendus dans une épicerie parisienne. L'idée des frères Ferniot étaient d'offrir des repas de chef accessibles soit à manger sur place, soit à emporter. Les ingrédients sont issus de l'agriculture biologique et sont déclinés en entrées, plats et desserts. Les chefs ont des noms super connus: Michalak, Pic, Conticini, Lorain... Les bocaux semblent là uniquement pour la présentation et non comme réelle conserve. C'est un peu snob, les quantités n'ont quand même pas l'air fort généreuses mais les recettes valent le détour et, finalement, je me serais bien plue à goûter un petit échantillon!

13.9.13

après les petits, la rentrée des grands

Ce week-end annonce la rentrée des étudiants dans le supérieur. Pour survivre au changement de rythme après les vacances, pour se remettre d'une seconde sess', pour survivre aux guindailles à venir... Voici une petite compilation des livres de cuisine indispensables, tous édités chez Hachette cuisine.

Pour les kotteurs, le "Spécial Etudiants":
 Bien sûr il y a ceux qui rapportent les barquettes de maman et qui ne toucheront qu'au micro-onde pendant toute la semaine. Il y a ceux qui mangent des pâtes à la place du pain, ceux qui ne mangent plus parce qu'ils boivent... Mais il y en a toujours qui se font un point d'honneur à cuisiner, pour eux ou pour leurs co-kotteurs, pour leurs potes avant ou après une soirée, pour leur amoureux/se... Ceux-là, on sera toujours content d'être invité à leur table.
Ce livre-ci a plusieurs avantages:
1/. il tient tout seul comme un chevalet
2/. chaque recette prend une double page dont la photo donc facile à suivre et facile à réaliser
3/. les idées sont variées. Pas d'excuses pour manger le même menu de semaine en semaine
4/. il y a un chapitre pour ceux qui n'ont pas de four et une seule taque de cuisson
5/. on pense aux fauchés, à ceux qui n'ont pas le temps (mais oui, ils étudient!), à ce qui traînent dans les placards et à ceux qui ne peuvent se passer de desserts...

Pour ceux qui veulent faire les malins, doivent se taper les labos de chimie alors qu'ils veulent devenir médecin, ceux qui sont curieux de savoir comment et pourquoi ça marche, ceux qui s'intéressent à la gastronomie et, bien sûr, pour les futurs chimistes (y a pas de raison qu'ils finissent tous à faire des médicaments...): "La Cuisine C'est Aussi de la Chimie" de Arthur Le Caisne.
Les propos et conseils de chaque recette sont illustrés de dessins fort parlants. Les infos scientifiques donnent l'eau à la bouche (à bas le poulet rôti tout sec, l'oeuf mollet qui a fini dur, la mayonnaise qui ne monte pas...). Le livre est surtout basé sur la viande donc pour les carnivores uniquement!

Pour ceux qui partent en Erasmus et ne savent pas ce qu'ils retrouveront dans leur assiette: "Amérique du Sud - les meilleures recettes", toujours chez Hachette Cuisine

 Aussi pour les géographes, les ethnologues, les sociologues, les romanistes...
C'est l'occasion d'en savoir un peu plus sur les habitudes culinaires des argentins, boliviens, péruviens, brésiliens, chiliens, colombiens, équatoriens, vénézueliens, guyanais, uruguayens et paraguayens.
Si on reconnait certains échanges opérés lors de la colonisation (allers-retours de recettes diverses), s'il y a des points communs entre la cuisine de tous ses pays, chacune a son identité, colorée, épicée et qui transporte directement dans des paysages luxuriants, montagneux, aussi colorés que les plats.

Comme certain(e)s d'entre nous se rêvent déjà à la coupe du monde de foot au Brésil, voici une recette pour se mettre dans l'ambiance:

CANJA (soupe au poulet)
      Une recette parfaite en kot, il ne faut qu'une taque de cuisson, une marmite, une poêle, et un petit saladier!
Pr 4 personnes (ou 1 seule qui aura des restes pour les repas suivants!)
1 oignon
1 carotte
1 boîte de tomates pelées
1kg de morceaux de poulet
1,5l de bouillon de volaille
100g de lardons
4 càs de riz long
1 petit bouquet de persil plat
sel, poivre

Peler et émincer l'oignon.
Eplucher et couper la carotte en petits morceaux.
Dans une grande casserole (vous avez bien une marmite pour les pâtes, non?), verser le bouillon, ajouter les morceaux de poulet et l'oignon. Laisser cuire à feux doux pendant 45 minutes jusqu'à ce que le poulet soit cuit. Ne pas porter à ébullition. Laisser mijoter gentiment.
Retirer la casserole du feu. Enlever le poulet et le réserver dans un saladier.
Dans une petite poêle, faire revenir les lardons sans les faire brunir et encore moins brûler.
Ajouter les lardons au bouillon avec le riz, les tomates et la carotte. Saler, poivrer, laisser mijoter vingt minutes à feu doux jusqu'à ce que le riz soit cuit.
Tailler le poulet en lamelles, les remettre dans la soupe pour le réchauffer.
Servir et saupoudrer de persil plat émincé.

Pour ceux qui auraient voulu partir en Amérique du Sud: "Les recettes de Volver" de Enrique Tirigall.
Volver, ce sont 2 restos argentins se trouvant à Paris. Si on reste ici, on peut profiter des bons conseils pour le barbecue, de belles recettes parfumées aux multiples influences (espagnoles, italiennes, indiennes...) et dépaysantes sans demander des ingrédients disponibles uniquement dans la pampa.

Allez, santé à tous! N'oubliez pas de bien vous nourrir pour que votre cerveau fonctionne mais aussi, et surtout, parce que préparer et partager un repas, ça laisse les plus beaux souvenirs de soirée!

4.9.13

bonne rentrée culinaire!

Si certains sont en train de se battre avec du film plastique autocollant pour recouvrir des livres de calcul, d'histoire,de langue... je vous propose 3 livres pour vous donner de nouvelles idées de plats à préparer à la maison!
Au moins, vous ne devrez pas les mettre dans vos cartables mais si vous voulez les recouvrir...
Comme toujours, la rentrée littéraire vaut aussi pour les livres culinaires! Pas facile de faire un choix! Enfin, voici le mien mais qui s'étoffera peut-être (sans doute?) dans les semaines à venir!

J'ai eu un coup de coeur pour "Les Légumes de Monsieur Wilkinson" édité chez Hachette.
Vingt-quatre légumes sont présentés. Chacun a une petite carte d'identité (origine, saisonnalité, souvenir de l'auteur...), des informations sur la préparation en cuisine et quelques mots sur sa culture.
Bien que l'idée de récolter des légumes mûrs à point dans un jardin luxuriant me plaît, je suis moins attirée par le jardinage lui-même. Mr Wilkinson me donnerait envie de prendre la truelle et le rateau et de m'y mettre. Ne fut-ce que pour le fenouil et les poivrons!

Les illustrations et la mise en page sont vivantes et rendent hommage à tous ces légumes (même les choux de Bruxelles).
Les photos ont quelque chose de désuet tout en étant modernes et les recettes permettent d'oublier qu'il y a très peu de viande au menu. Ce n'est pas pour me déplaire, je trouve que la viande prend trop de place dans nos assiettes!

Je propose de partager la recette du fenouil glacé au sirop de vanille, servie après le plat principal pour digérer (le trou normand) ou avec un desser au chocolat pour le rafraîchir.
Ca vous paraît bizarre? Tentez et vous serez conquis!

1 fenouil moyen lavé
170g de sucre
1/2 gousse de vanille fendue et grattée

Dans une casserole, mettre le sucre, les graines et la gousse de vanille ainsi que 150ml d'eau. Porter à ébullition sur feu moyen, verser dans un autre récipient et laisser refroidir au frigo.

Tapisser un plat qui peut entrer dans votre congélateur de papier sulfurisé.
A l'aide d'une mandolin, émincer finement le fenouil dans le sens de la hauteur. Immerger directement les tranches obtenues dans le sirop vanillé.
Egoutter délicatement les tranches de fenouil pour enlever l'excédent de sirop (mais gardez-le) et les disposer sans les superposer sur le plat couvert de papier sulfurisé. Couvrir d'une nouvelle feuille et placer d'autres tranches de fenouil. Terminer par une feuille.
Laisser prendre au congélateur au moins 2 heures jusqu'à ce que les tranches soient congelées.
Servir dès la sortie du congélateur en encas, en trou normand ou avec votre dessert au chocolat.

Je vous suggère de récupérer le sirop vanillé pour parfumer de l'eau et vous concocter une boisson rafraîchissante, l'utiliser pour parfumer un sorbet ou même comme base d'une marinade pour du saumon.


Le deuxième livre, paru chez Marabout, s'appelle "Cuisine asiatique maison" de Bill Granger, restaurateur australien qui arrive à réaliser des plats asiatiques avec une liste d'ingrédients preque limitées et qu'on trouve facilement, à l'heure actuelle, dans les grandes surfaces.
Si les photos sont un peu répétitives, les recettes ne le sont pas et permettent de réaliser des plats rapidement en s'inspirant des cuisines indiennes, vietnamiennes, coréennes, chinoises, japonaises, thaïlandaises... De quoi ne pas laisser traîner vos conserves de lait de coco jusqu'à ce que la date de péremption ait disparu!

Et pour finir, une mini-bible qui reprend les recettes de Laure Kié, franco-japonaise, qui allie ses deux origines avec dextérité, des bentos à l'apéro, des plats classiques japonais revisités, avec le souci d'équilibrer les menus. Si vous n'y connaissez rien à la cuisine nippone mais aimeriez vous y mettre, si vous voulez changer vos lunchs (marre du jambon beurre), si vous voulez épater des invités avec des plats simples, sains, bien présentés... Ce livre est pour vous, aussi chez Marabout!

20.8.13

Fondant au chocolat blanc et au thé vert matcha



Bien que le chocolat blanc soit souvent trop sucré à mon goût (mais les gallets de Valhrona sont riches en beurre de cacao et moins sucrés... donc si vous en trouvez, c'est le dessert parfait pour les utiliser!), l'association avec l'amertume du thé vert matcha est délicieuse. 
Malheureusement, je n'ai jamais trouvé de chocolat blanc sans lactose en vente dans le commerce. Mais vous pouvez le faire vous-même à base de beurre de cacao (qu'on trouve en magasin bio), d'huile de coco, de sucre de coco et d'extrait de vanille. Il y a pas mal de recettes sur le net.
Vous pouvez utiliser de la farine de riz, elle a l'avantage d'être très finement moulinée et du lait de riz plutôt que du lait de vache.
Pour les végétaliens, vous savez sûrement comment remplacer les oeufs (soit par un "egg replacer" du commerce, soit par de la compote de pomme... Il y a plein de solutions et elles se trouvent aussi sur internet!).

100g de chocolat blanc
50g de farine
14g de thé vert matcha en poudre
100g de sucre (au goût)
4 œufs (blancs et jaunes séparés)
40ml de lait
Décoration :
50g de chocolat blanc
2 càc de thé vert matcha en poudre

Allumer le four à 170°C.
Chemiser un moule à manqué avec du papier sulfurisé.
Faire fondre le chocolat au bain-marie.
Obtenir un ruban en fouettant les jaunes avec le sucre.
Ajouter le lait aux œufs puis le chocolat fondu. Mélanger et incorporer la farine et le thé vert tamisé. Monter les blancs en neige et incorporer 1/3 au mélange précédent.
Puis incorporer le reste des blancs en 2 fois. Verser dans des moules individuels pour les remplir à moitié.
Enfourner et cuire 10-15 minutes. Après 10 minutes, vérifier la cuisson avec la lame d’un couteau. Ne pas cuire trop longtemps pour que les gâteaux ne soient pas secs. Mieux vaut les retirer un peu trop tôt. De toute façon ils continuent un peu à cuire après leur sortie du four.
Laisser refroidir.
Mettre au frigo toute une nuit si possible & servir bien froid.

Si vous utiliser plus de lait (400ml au lieu de 40ml) que dans la recette initiale, vous obtiendrez des flans plus moelleux. Cette version plus souple convient bien par de grosses chaleurs alors que la version initiale trouve sa place dans un cartable, un panier pic-nic, un sac de voyage...

Le programme de la rentrée: cours & démo

 LES ATELIER CULINAIRES:















  Chez Pimpinelle - rue de Flandres, 57 à 1000 Bruxelles 
inscriptions & infos: 
  tél: 02-513 57 77  
  email: aline@pimpinelle.be

Le 11 septembre 2013 à 18h30: Panier pic-nic!
Profitons encore des beaux jours avec
-des muffins au comté et au lardons
-wrap au poulet et à l'avocat
-salade de pois chiches aux saveurs moyen-orientales
-moelleux aux myrtilles et au citron

Le 18 septembre 2013 à 18h30: Oups! La cuisine des ratés ou comment une maladresse s'est transformée en best-seller!
-tarte tatin aubergine-tomate
-crème choco-noisettes à tartiner

-poulet mariné à la sauce Worcestershire et champignons de Paris 3 façons
-crêpes flambées
Chez CoqShop - Avenue Albertyn, 46 à 1200 Bruxelles
Contact & inscription:
  tél: 02-735 46 59
  email: office@coqshop.be

Le 19 septembre 2013 à 19h00
C'est du bluff! Comment faire de jolies présentations sans se prendre la tête!
-fagot de légumes au lard et mélange d'épices maison
-tartelettes moelleuses, concombre mariné et oeufs de saumon
-tartare de légumes, pesto croustillant
-roulades de boeuf aux olives et tomates séchées
-ravioles de légumes à la crème d'artichaut


LES DEMOS LE CREUSET:
Le 28/09 à 13h, 14h30 et 16h chez Mmmmh! Chaussée de Charleroi, 92 à 1060 Bruxelles
Contact & infos: 02 534 23 40 www.mmmmh.be
Ateliers de démonstrations où vous mettez la main à la pâte!

Le 6/10 à 14h chez Kichechef 69 parc d'activités Mamer-Cap à 8308 Capellen
Contact & infos: +352-263030 1  www.kichechef.lu
Présentations des gammes de la marque Le Creuset: fonte, céramique, inox, forgées, pâtiliss, silicone et, biensûr... dégustations!


Remarque:
A partir de mi-octobre, je serai en congé de maternité. Les cours reprendront début 2014.

29.7.13

un repas d'été

Cela faisait trop longtemps que je n'avais pas partagé mes essais culinaires... Ce n'est pas parce que je ne cuisine plus, hein, rassurez-vous! Mais le temps a filé trop vite!

Alors pour vous (re-)mettre en appétit, voici un menu de saison (l'été - qu'ici nous sommes ravis, d'enfin, accueillir).
Bien sûr, rien ne vaut une bonne compagnie pour partager  un bon repas, un vent tout léger pour rafraîchir l'atmosphère en début de soirée, des lucioles qui reflètent les étoiles au moment du café...

Pour l'apéro, j'ai fait des maki sushis à la mangue et au foie de morue, servis avec du wasabi et du tamari. Je ne dis pas tout de suite que les sushis contiennent du foie de morue, y en a qui ont des mauvais souvenirs de traitement anti-grippe aux relents un peu trop marins et qui, pourtant, adooooorent ces sushis. Mais comme les souvenirs, et les a priori peuvent être tenaces...!
Et en amuse-bouche, un flan de tomate au basilic et au piment d'espelette.
A servir bien froid!
 Moi qui adore la tomate, ce petit flan était parfait.
Je vous donne la recette:
Mélanger 100g de pulpe de tomate avec 40-50g de concentré de tomates. Vous pouvez ajouter 1/4 càc de bicarbonate s'il y a des estomacs sensibles à l'acidité des pommes d'or! Ensuite, on ajoute 2 oeufs, 5 càs de lait (au choix - le mien fût végétal), une bonne càc de piment d'espelette, du sel et du basilic ciselé.
J'en ai cuit une cuillérée pour tester l'assaisonnement.
Ensuite on verse l'appareil dans des bols/raviers/ramequins et on cuit 10 minutes à 200°C. 
Si les portions sont plus généreuses (après tout, pour moi, il ne s'agissait que de bouchées), allonger le temps de cuisson.
Laisser refroidir et réserver au frigo au moins 3 heures.

Pour accompagner le repas, j'ai fait un pain en cocotte en suivant ma recette classique et en y ajoutant une belle dose de beurre. La cocotte étant un peu grande, le pain s'est étalé et nous avons eu une belle croûte dorée et un résultat qui m'a fait penser au ciabatta de mon enfance (qui devaient sûrement contenir de l'huile d'olive à la place du beurre).

En entrée, une tarte tatin aux aubergines et tomates confites avec une maquée parfumée au miel et au thym. La pâte était brisée et parfumée de parmesan.
Les aubergines prêtent à confire!
Et le résultat:


En plat, j'ai francisé une recette japonisante que je réalise régulièrement avec du saumon. Pour changer, je me suis attaquée au lieu noir. Cuit à basse température avec une couverture au miso blanc et au saké, je l'ai posé sur des morceaux de feuilles de riz enroulées, de pois mange-tout blanchis à l'anglaise et émincés. J'ai arrosé le tout d'un bouillon dashi kombu maison et parsemé le tout de jeunes oignons, de basilic frais et de piment d'espelette. A manger à la cuillère en emportant du bouillon avec le poisson. Alors, le miso sale le bouillon et la combinaison est délicieuse.

Pour le dessert, un curd mangue/passion pour un peu d'acidité, une crème de menthe pour la fraîcheur... 
 ... et accompagné de biscuits sablés à la noix de coco!
Avec ça, des bulles à l'apéro, du vin blanc de Loire ou du Languedoc, du café, du thé ou une tisane.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas mis les petits plats dans les grands et je me suis bien amusée!

J'espère que votre été est gourmand et parfumé!

27.6.13

Empanadas argentinas - petits chaussons vite mangés!

Comme mon emploi du temps et mon budget ne me permettent pas de faire le tour du monde, je ne perds pas une occasion, de m'évader en cuisine!
Cette fois, départ pour l'Argentine grâce à Enrique Zanoni et Gaston Stivelmaher de Clasico Argentino à Paris qui viennent de publier un bouquin chez Marabout qui vous dira tout sur les empanadas et les helados (crèmes glacées).
 J'avais, au départ, décidé de faire une pizza, quand je me suis souvenue que je n'avais pas encore testé les recettes de ce nouveau livre trônant encore sur mon bureau. Ce n'est pas une place pour un livre de recettes!
J'avais déjà acheté de quoi décorer ma pizza mais je n'avais pas encore fait la pâte. Je me suis dit que ça ne pouvait pas être mauvais de mélanger les deux!
Franchement, la pâte de ces chaussons est très facile à faire, surtout si on a un robot qui fait tout le travail. Et c'est difficile de ne pas tout manger à la sortie du four!
Si je n'ai pas encore le tour pour faire d'aussi jolis chaussons qu'Enrique et Gaston, je suis bien contente d'avoir décidé de quitter le continent européen pour m'aventurer en Amérique du Sud!
Je me suis imaginée avec une vue sur une prairie grandiose où paissent de magnifiques vaches. Le calme de la nature, l'espace, l'odeur de l'herbe balayée par le vent et grillée par le soleil.
Bon, je reviens chez moi où il fait 12°C dehors (on est quel jour aujourd'hui? Le 27 juin? vraiment???)

Voici la recette de pâte:
 Dans le bol du robot (ou avec les doigts), mélanger 500g de farine avec 162g de beurre coupé en dès et 12g de sel.
Quand le mélange est bien sableux, ajouter 175ml d'eau et pétrir une dizaine de minutes.
J'ai employé de la farine semi-complète à 80%. J'avais oublié de racheté du sel et je n'avais plus que du gros sel gris. Le sel s'est quand même diffusé dans la pâte et, ici et là, il restait quelques cristaux... Pas désagréable ma foi.
Emballer la pâte dans un film alimentaire et réfrigérer 2 heures.

Etaler la pâte sur le plan de travail fariné pour obtenir une épaisseur de 3-4 mm. Couper des cercles à l'emporte pièce (14cm serait le diamètre classique).
Placer la farce au centre et replier le disque en deux en soudant les bords avec les doigts. Le livre propose de réaliser différents festons. C'est très joli mais l'heure de manger approchait et mon estomac ne pouvait attendre.
Badigeonner le chausson avec un peu d'oeuf battu.
Enfourner dans le four préchauffer à 190°C et cuire 20-25 minutes.


Pour la farce, si j'ai fait avec ce que j'avais sous la main: aubergine grillée, coulis de tomate au basilic, pecorino et mozzarella, le livre propose des empanadas de viande, de légumes, de poisson, de fromage et même des empanadas sucrés.
C'est encore bon froid, le lendemain.
Je n'ai pas encore essayé les glaces et les boissons . J'attends les chaleurs de l'été.

Pour les végétaliens, intolérants au gluten et/ou au lactose, il est facile de réaliser la pâte avec la ou les farines de votre choix et d'utiliser une huile végétale à la place du beurre. Pour la farce, je vous fait confiance!

26.6.13

tarte aux feuilles de courgette

Plus le temps passe, plus je m'amuse à réaliser des tartes.
Avant, je ne les trouvais pas intéressantes même si j'ai toujours eu du plaisir à déguster une tarte aux myrtilles ou aux cerises.
Pour les tartes salées, je les trouve nourrissantes, assez vite prêtes et peu onéreuses. En plus elles s'adaptent à toutes les saison.
Je verrais bien la version de ma tarte aux feuilles de courgette avec des feuilles de potimarron!
Bon quand je dis feuilles, il s'agit de très fines lamelles coupées à la mandoline.
Vous pouvez décliner cette recette avec tous les légumes qui vous tombent sous la main: fenouil, tomate, aubergine, navet, carottes, courges...
Je réalise en général une pâte sans gluten. Pourquoi? Pour varier mon alimentation et parce que les farines sans gluten ont des saveurs plus intéressantes, dans ce cas, que celles qui en contiennent. Elles conviennent parfaitement pour ce type de recettes.

Les ingrédients pour une tarte de 24 cm de diamètre:
100g de farine de sarrasin
50g de farine de riz
30g de farine de quinoa
1/2 càc de fleur de sel
85g de beurre froid coupé en cubes ou en lamelles*
1 petit oeuf (optionnel)
3 càs d'eau froide ou 4,5 càs si vous n'employez pas d'oeuf
1 courgette bien ferme
1 chèvre frais ou 200g de ricotta de brebis*
2 càs de moutarde

A l'aide d'un pastry blender (mélangeur à pâtisserie) ou à la main, mélanger les farines et le beurre. Quand le mélange est sableux, ajouter l'oeuf et/ou l'eau froide. Ajouter l'eau petit à petit pour amalgamer la pâte et former une boule.
L'emballer dans un film alimentaire et laisser reposer au frigo 30 minutes.
Préchauffer le four à 180°C
Etaler la pâte à l'aide d'un rouleau à pâtisserie. Je la roule directement sur le papier cuisson qui tapissera mon moule à tarte. Vous pouvez vous passer de papier en huilant le moule et en le farinant bien, avant de mettre la pâte.
Piquer la pâte à la fourchette et la cuire à blanc, dans le four, pendant 15 minutes.

Pendant ce temps, couper les fines rondelles de courgettes (on doit presque voir à travers). Le mieux est d'utiliser une mandoline: les rondelles seront toutes de même épaisseur et ça va plus vite! Attention les doigts!
Sur la pâte, étaler la moutarde à l'aide du dos d'une cuillère. Répartir le chèvre ou la ricotta sur la moutarde en "l'émiettant" avec les doigts.
Ajouter toutes les rondelles de courgette. Je les répartis en spirale en commençant par l'extérieur et je fais plusieurs couches. Saler et poivrer.

Enfourner et cuire 30 à 40 minutes. Plus la tarte cuit, plus elle confit et sèche. Pour changer de texture, vous pouvez couper des rondelles de courgette plus épaisses ou cuire un peu moins longtemps. La garniture sera plus moelleuse.
N'hésitez pas à ajouter du basilic, du romarin, du thym ou n'importe quelle herbe de votre jardin.
Vous avez la base... à vous de vous amuser!

* Pour les végétaliens et les intolérants au lactose, remplacez le beurre par de l'huile de coco ou même de l'huile d'olive. Remplacez la ricotta par:
1,5 tasse de noix de cajou trempées 12 h, rincées, égouttées
1 citron lavé: prélever, finement, le zeste et presser le jus
2-3 càs de levure maltée
1/2 càc de sel

Mixer les noix de cajou. Ajouter le jus et le zeste de citron, la levure maltée et le sel. Mixer encore une minute et rectifier l'assaisonnement (sel, poivre, levure maltée). Utiliser comme le fromage.



3.6.13

gyoza - un basique de la cuisine japonaise

Aaah de bons gyozas! J'adore ça!
Ces petits raviolis japonais, à moitié grillés, à moitié cuits vapeur... Servis avec une simple sauce soja et un mélange d'épices japonaises, ils me satisfont à chaque fois.

Je vous donne ma recette super express mais si vous voulez une recette plus traditionnelle, je vous donne la référence d'un chouette livre où la trouver!

Pour 30 raviolis:
1 paquet de feuilles de gyoza
La farce:
200g de viande de porc hachée, de qualité
3 feuilles de chou chinois lavées
3 càs de tamari
1 càs d'huile de sésame
1 càc de gingembre frais râpé
1/2 càc de coriandre en poudre
1 petit ravier de crevettes grises décortiquées et émincées
La sauce:
tamari
huile de sésame
shichimi togarashi

Préparez un petit bol avec de l'eau.
Emincer le chou chinois.
Mélanger tous les ingrédients de la farce.

Pour farcir les gyozas, placer une cuillérée à café de farce sur la feuille de gyoza, mouiller le bord de la pâte avec un peu d'eau (d'où le petit bol à portée de main) et refermer la raviole en pressant légèrement les bords.
Recommencer jusqu'à épuisement du stock de pâte à gyoza!

Pour les cuire, faire chauffer un peu d'huile de sésame dans une poêle. Après 5 minutes, ils sont bien dorés. Ne les retournez pas mais ajouter pour couvrir le fond de la poêle et couvrir. Quand l'eau est évaporé, retirez les ravioles et poursuivre avec les suivantes. Ne les serrez pas trop dans la poêle et ne les couvrez pas d'eau, un fond suffit.
Servir avec la sauce (dont vous avez mélangé les ingrédients) et déguster avec des baguettes!

Vous verrez, ça demande un tout petit peu de travail mais c'est tellement bon qu'on oublie le temps passé en cuisine!

Pour une version végétarienne: remplacer le porc par du tofu ferme que vous pouvez faire mariner 10 minutes avec le tamari, la sauce soja, le gingembre râpé et la coriandre en poudre. Si vous ne mangez pas de crevettes, remplacez-les par des algues réhydratées.

Pour une recette plus traditionnelle:
"Mon cours de cuisine: basiques japonais" de Sue Quinn, édité chez Marabout, est parfait.
Et en plus des gyoza et de 2-3 recettes de sushi, il y a plein de recettes de nouilles, de légumes et quelques desserts bien tentants!

Ce que j'aime dans la cuisine japonaise c'est qu'elle est savoureuse sans être lourde. Je trouve que les saveurs sont douces et gourmandes. C'est une cuisine qui me surprend par sa subtilité. Et puis elle est toujours joliment présentée dans une vaisselle qui me fait tout autant craquer!

Bref, vous connaissiez mon goût pour la cuisine nippone déjà et ça n'a pas changé!